Accueil

article-mai-2016-journal-noyarey_web


Eve et son histoire….

« Peut être besoin de justifier ma présence sur la terre après avoir eu l’indécence de survivre à la mort de mon fils Pierre Hugues tué par l’imprudence d’un automobiliste à 18 ans en 2002
Après 5 ans d’intervention auprès des jeunes dans une lutte acharnée contre la violence routière ……..
….besoin de faire le point, changer d’air , changer de vie et tenter de reconstruire sur le terrain et peut être dans le cœur et dans la tête…
En 2008, je quitte la Rivière pour reprendre une exploitation abandonnée avec Paul 83 ans qui a été spolié et qui a tout perdu ……je l’aide à reprendre son autonomie et sa propriété.
Puis sur son insistance j’ achète celle ci pour lui redonner vie….les bâtiments sont en ruines et les 35 hectares sont envahis par les arbres et broussailles.
Paul va participer dés que ses forces rétablies vont lui permettre… à la remise en état de la propriété ….heureux de la voir revivre !!!
…..il devient un peu mon père et devient à coup sûr un membre de ma famille !
Je travaille comme une forcenée aidée par mes petits-enfants et leurs copains qui  « atterrissaient » à la ferme en ruine à l’occasion des week-end ou vacances scolaires pour « donner la main » comme on dit à la campagne
Tout cela au milieu des entreprises comme les compagnons de France qui ont remonté les toitures des anciens bâtiments et construit l’ossature de la nouvelle bergerie
A 2, 4 ou 6 ils étaient toujours les bienvenus !!!
A midi, entreprise, famille et copains se retrouvaient tous ensemble à table
Cette démarche pionnière les enchantait malgré et peut être même à cause de l’inconfort….et la rudesse des tâches.
Ils se vantaient à 12 / 13 ans d’être des hommes ….des vrais !!!!! et autour d’une bonne table après l’effort,des moments de rigolades inoubliables!!!
Et puis j’ai été sollicitée pour des conventions de stage par les élèves de la MFR de Vif (Gestion des Milieux Naturels et de la Faune) qui se sont succédés, enthousiasmés par la réouverture des espaces de l’exploitation en « re-devenir » par l’ambiance familiale de l’accueil de la « maitre de stage » et de Paul aujourd’hui 89 ans qui a tant de chose à raconter et….à apprendre à la « nouvelle  jeunesse »
Des chantiers de réinsertion du CISI nous ont accompagnés dans notre chantier de réouverture des parcelles agricoles.
Mais la charge devient trop lourde !
Par le manque de temps pour la gestion de l’exploitation, le troupeau de 210 mères, la réouverture des pâturages et puis l’encadrement des stagiaires qui sont au nombre de 3 plus Audrey qui « rempile » volontairement après avoir louper son bac pro de qlqs points et qui aide à coatcher les stagiaires 2014/2015
Par le manque de fonds pour les travaux à venir pour l’aménagement du gîte.
Déjà 230 000 euros ont été désespérément investis au fil du temps pour la remise en état des vieux bâtiments et la création de la bergerie
Les derniers travaux commandés l’ont été au détriment de la qualité personnelle de vie
j’ai contracté un prêt de 20 000 euros sans hésiter pour engager les travaux de la dalle et des sanitaires pour la salle d’accueil en réalisant après coup que ma voiture a 360 000 kms, n’a plus de chauffage, démarre qd elle peut avec des portières qui s’ouvrent ttes seules en roulant.
Là on est en panne !!!!!!! plus de sous et trop de travail !!!
AU SECOURS ! ! ! !
Pourtant le projet de la ferme / gîte c’est le moteur de tous et il doit continuer d’avancer
Cette démarche pionnière de remise en vie d’une ferme abandonnée à l’exploitation dans laquelle ont été associés des jeunes et le doyen Paul doit à terme aboutir à une structure familiale/paternelle qui fonctionnera avec l’implication et l’embauche de jeunes qui n’ont pas trouvé leur place par rapport au système scolaire qui ne prend pas encompte le cas de chacun.
Phasage de l’aboutissement du projet :
– Mettre en oeuvre d’abord un lieu de rencontre avec qlqs moyens au delà des aides institutionnelles difficilement accessibles …on est jamais dans la bonne case
Aménager la future salle de restauration en lieu d’accueil nécessaire aux échanges de l’XXXà la vie journalière des jeunes en stage

-Monter en puissance :
Diag Local d’Accompagnement
Faire évoluer l’accueil des stagiaires d’autres spécialités
un maraîchage raisonné
un service de restauration avec des « outils adaptés »
etc…
Volet expérimental sur l’util
isation des ressources naturelles
Communication sur l’historique de la structure et de son fonctionnement
D’autre part j’ai 62 ans….je dois assurer la suite de cette ferme/gîte qui doit prendre cette dimension agro touristique pour rester perenne
Mon petit fils veut reprendre et est prêt à reprendre ce fonctionnement partagé avec les autres jeunes
La relève est assurée mais un coup de main est nécessaire pour l’aboutissement de ce projet colossal et partagé

Mais ça vaut le coup !!! Aidez nous »

Eve Palacios 28/01/2015